top of page

MES PARENTS M'ONT DIT :

'

"Choisis ton chirurgien pour sa compétence, le reste, on s'en fout."

Voilà ce que me rapportait cette patiente, le lendemain de son intervention, alors que je la visitais dans sa chambre.

J'ai souvenir, en effet, d'avoir lu dans un de ces pavés de pontes "multi-doctorés" qu'un bon chirurgien est avant tout un bon opérateur.

Il serait avant tout quelqu'un « qui pose bien

ses indications, opère bien et dont les malades vont bien ».

Je pense néanmoins que le patient a tout à fait le droit d'exiger ce "bonus" qu'on appelle l'attention, la gentillesse, l'empathie et qui constituent les qualités humaines. Je reste persuadé que la personnalité du chirurgien n'est pas secondaire et doit participer d'un tout dans la perspective d'une "bonne chirurgie".

Cette patiente me remerciait à plusieurs reprises pour ma "disponibilité" ... ?

La disponibilité d'un chirurgien serait-elle devenue une option ?

Sa gentillesse également ?

L'activité de care serait-elle mineure dans la perspective chirurgicale?

Si tel est le cas, je m'y refuse.

Dr Jim Tran Quan


19 vues0 commentaire

Comments


bottom of page