top of page

L'AMOUR DE SOI ....

Depuis que j’exerce dans le domaine de la chirurgie esthétique, j‘observe des changements progressifs,

(mais néanmoins rapides !), de comportements de "tous à l’égard de soi-même". Je note par exemple une augmentation d’angoisses et de stress sur le questionnement du « comment suis-je ? ». Le plaisir de s’occuper de son apparence semble s’oublier pour se laisser posséder par des diktats des normes de beautés et donc des contraintes.

J’imagine que, lorsque l’humain se comptait sur les doigts d’une main au kilomètre carré, il jouissait sereinement de son rapport avec les lieux, les choses et avec lui-même. Il avait un « amour de soi » parce qu’il était justement dans un grand rapport d’échanges, d’utilités et de devoirs avec le monde. Son existence devait avoir tout naturellement du sens et j’imagine que ces conditions devaient certainement favoriser la plénitude.

Cet « amour de soi » ne se serait-il pas mué en « amour-propre » ? Je veux dire par là qu’il est remarquable comme les êtres aujourd’hui travaillent avant tout leurs apparences à la recherche du meilleur, du plus éblouissant, du plus ovationné…

Cet "amour" particulier semble obéir essentiellement aux ordres d’un égo despotique et « travailler au corps » le Corps dans le seul but de le rendre parfait.

Ainsi, je ne manque pas au cours de mes consultations de sensibiliser mes patients à la bonne mesure de l’estimation des « complexes » . Je souhaite les sensibiliser à la notion de « pression sociétale » et j’arrive parfois à leur faire prendre conscience que cette pression crée de toute pièce des « défauts » fantômales.

Ce sont toujours des bons moments d’échanges au cours desquels personne ne juge personne et à l’issue desquels le mal-être va être évoqué et traité.

Docteur Jim Tran Quan

11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page