top of page

... dur dur !



Un premier rendez-vous est toujours stressant pour le patient.

Quelques épreuves l’attendent, notamment cette enfilade de questionnements ; « serai-je compris ? » ; « ma demande n’est-elle pas ridicule ? » ; « Le chirurgien est-il sympa ? » …

Je reconnais qu’il faut un certain courage pour se décider à aller dans un lieu inconnu, se livrer à un inconnu pour un projet incongru !

Ainsi j’organise ma consultation en y tenant compte.

Les vingt premières minutes (minimum) sont consacrées à cette prise de connaissance en échangeant ensemble sur les antécédents médicaux et familiaux. C’est un temps utile, pour moi, afin d’établir un profil socio-médical du patient, et utile pour le patient afin de décharger son stress.

Il n’est pas rare que l’échange s’enrichisse d’humour, de petites révélations personnelles de part et d’autre et d’estime.

Le patient entre souvent très tendu dans mon cabinet médical, souvent gêné et donnant le change en manifestant des attitudes agressives ou hostiles.

La semaine dernière, j’ai eu le cas d’une patiente qui présentait un niveau d’angoisse rarement vu jusqu’alors. Dans son cas, ce n’était pas l’angoisse qui était visible mais la violence de ses gestes et les provocations orales. Sa demande de chirurgie n’avait rien de très compliqué (une réduction mammaire simple), mais, selon elle, j’allais d’emblée à l’échec comme « tout bon charlatan qui se respecte » Notre conversation a eu maintes occasions de virer au conflit, les propos étaient vexants et injustes. Il fallait comprendre une détresse enfouie en place de provocations.

C’est après une bonne demi-heure de prothèses malaxées, (j’ai quelques modèles de prothèses mammaires sur le bord de mon bureau) , de coups de pied dans les chaises, d’anathèmes mitraillés et de regards atomiques que l’échange a pu devenir progressivement apaisé.

C’est une vraie satisfaction (sans doute pour la patiente aussi) d’avoir réussi l’épreuve de « l’approche » en ayant "ravalé" sa susceptibilité.

28 vues0 commentaire

Comments


bottom of page